Jouer dans un groupe

C’est une expérience unique d’écouter un vieil enregistrement qu’on a fait avec un groupe. D’entendre cette musique, articulée et harmonieuse, synchrone et symbiotique.Entendre l’entente. Une quasi-transe due à l’attention qu’il fallait dégager pour toujours jouer, mais s’adapter et compléter et laisser la place et partager l’espace sonore, en laisser un bout à chacun et parfois tout laisser. Et soudain, les secondes accidentelles d’après-fin ; celles où chacun reprend son indépendance et la séparation des esprits se dévoile. Le bordel parce que chacun joue son petit truc, que l’un parle et l’autre essaie des mélodies. Comme la désagrégation d’un édifice finement équilibré, l’écroulement des blocs.

Que c’est agréable ! La musique en ce qu’elle est le rassemblement des différences. Cet enregistrement que j’ai écouté, m’évoque une profondeur et une intensité rare malgré les couacs, parce qu’on entend seulement ce que ça pourrait devenir. Une énorme partie n’en était pas calculée. Et même lorsque plusieurs d’entre nous improvisions, cela s’accordait plus que si quiconque avait élaboré quelque chose de construit à ce moment. Et on l’entend aussi, à la fin de la piste. La quasi-surprise : « Eh bien ! Ça sonnait bien à un moment. À deux, même. »

L’enregistrement trop long, ou comment accidentellement capturer de bons souvenirs.

Merci pour tout. C’est quand qu’on refait de la musique ensemble ?

P.S. : Bien sûr, cela ne s’applique pas si vous n’appréciez pas ce que vous jouiez ou les autres musiciens.

Publicités

A propos Pseudo Moi-Même

Jeune homme bien sous tous les rapports, Mesdemoiselles n'hésitez pas...
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Jouer dans un groupe

  1. Anonyme dit :

    C’est évidemment quand tu veux !

Les commentaires sont fermés.