Notre système n’est pas démocratique

Vous avez certainement déjà vécu ça. Ce qu’on vous explique vous semble évident mais vous n’y aviez jamais pense auparavant. C’est ce que j’ai ressenti en regardant cette vidéo :

Ne vous inquiétez pas, j’ai déjà testé sur d’autres personnes avant, donc je sais bien ce que vous êtes en train de vous dire. Que cette vidéo fait une heure trente et que vous avez une soudaine envie de regarder chasse et pêche plutôt que d’entreprendre un périple incertain. Et c’est là que j’interviens, car j’ai déjà vu cette vidéo et peut vous dire : « Regarde-la, elle est édifiante ! »

Et pour les fainéants, il y a la suite de l’article (et pour les autres aussi d’ailleurs).

Je vais essayer de résumer le propos rapidement tout en essayant de conserver un raisonnement logique.
Une démocratie signifie que le pouvoir est détenu par le peuple. Or dans nos sociétés, on élit des gens pour nous « représenter ». Le pouvoir n’est donc pas détenu par le peuple, mais bien par les politiques pour lesquels on est obligé de voter (essayez de voter pour votre cousin Georges aux présidentielles, on verra bien ce que ça donne). Nous sommes en fait confrontés a une oligarchie, c’est-à-dire que le pouvoir est détenu par un petit groupe de personnes.

C’est le genre de constats qui saute aux yeux, quand on y pense. Qui n’a jamais pensé qu’on n’avait pas vraiment le choix, qu’aucune des figures politiques ne nous représentait correctement ? La situation dans laquelle nous sommes n’est pas celle de choisir comment nous serons représentés, elle est de choisir la personne que nous croyons être celle qui se rapproche le plus de nos idées, puis d’espérer placidement qu’elle fera des choses qui nous plaisent. Personnellement, je n’appelle pas ça être représenté, mais choisir son maître. D’ailleurs, je crois qu’Étienne Chouard dit la même chose quelque part.

La partie la plus intéressante, c’est celle dans laquelle il expose, en se basant sur la démocratie Athénienne, comment mettre en place un système politiquement égalitaire. C’est aussi la partie qui fait peur à de nombreuses personnes, car il précise que ce qui cause et permet cette oligarchie n’est autre que le principe même de l’élection. Il exprime la nécessité de ne pas avoir d’élections, mais de les remplacer par un tirage au sort parmi les citoyens.

Comme je vous l’ai dit, j’ai déjà fais le test et je sais qu’à cet instant précis, nombre d’entre vous s’insurgent contre cette proposition aberrante de renoncer à ce qui fait le garant même de la démocratie et sans laquelle nous serions dans l’incapacité de décider quoi que ce soit. J’avoue que j’ai un peu la flemme de recommencer à argumenter pour chaque argument pour vous montrer que non, ça marche, et non, c’est pas idéaliste, c’est justement très réaliste, et non, c’est pas dangereux parce qu’on a pensé à tout, et non, ça marche. Donc vous allez devoir me croire sur parole quand je vous dit que ça se tient et que la plupart des objections que nous élevons sont causées par notre incapacité à penser au-delà de ce que nous avons vécu et notre propension à tout rapporter à la situation dans laquelle nous sommes alors que dans la plupart des cas, nous ne pouvons pas transposer cette situation dans notre société.

Si vous voulez des réponses, on peut soit commencer un débat sur ce blog, mais je suis certain que regarder la vidéo sera plus instructif que de m’écouter faire de la mauvaise paraphrase. N’empêche que ça me fera plaisir d’en discuter !

A faire tourner.

Publicités

A propos Pseudo Moi-Même

Jeune homme bien sous tous les rapports, Mesdemoiselles n'hésitez pas...
Cet article, publié dans Société, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Notre système n’est pas démocratique

  1. Kerd dit :

    Pseudo Toi-Même ! Quel hasard de te rencontrer ici !
    En fait non, c’est quand même ton blog. Passons.
    Tu sais que j’ai vu la vidéo et que je suis bien d’accord avec son message.

    Mais je vais me faire ici l’avocat du Diable sur un point précis.
    Si le cousin Georges veut devenir président, ce n’est *théoriquement* pas impossible. Il doit militer politiquement, adhérer à un parti, ou créer le sien, monter dans la hiérarchie jusqu’à représenter son parti… ensuite, collecter les signatures des maires, ce qui implique que son parti soit assez grand et assez reconnu pour cela. Et bien sûr, il doit aussi faire de la pub pour qu’on vote pour lui, parce que si personne ne sait qu’il existe, il ne collectera pas beaucoup de voix. Une campagne, ça coûte très cher, mais on peut encore imaginer qu’il s’en sorte bien en faisant des coups de communication comme casser des McDo ou en organisant une quête au sein de ses partisans. Y’a bien un facteur qui s’est présenté, alors…

    Mais bon. Les chances sont faibles. Et surtout, même si le cousin Georges est élu, ça n’aura aucune importance, on ne sera toujours pas en démocracie. La vidéo le montre bien, le vrai problème, c’est la professionalisation de la classe politique. Le cousin George aura mis des années à grimper les échelons, et s’il arrive en haut, c’est qu’il se sera montré aussi pourri que les autres. Le pouvoir corrompt, il n’y a rien à y faire.

    Cela dit, on a bien eu des rois de France très bons avec leur peuple; ce n’était sans doute pas pire que maintenant. Certes, il y avait des inégalités, des nobles et des gueux, mais qui osera dire que cela a changé ? Si Jean Sarkozy n’était pas le fils de Nicolas, aurait-il « hérité » la direction de l’ÉPAD ? L’héritage… voilà un autre écueil, le véritable obstacle à une plus grande égalité des citoyens. Non pas égalité politique (ce dont traite la vidéo), mais égalité économique. Être né fils de riche ou fils de pauvre n’est évidemment pas la même chose. Le fait d’hériter de la fortune de ses aïeux fait que l’argent reste entre les mains de certaines familles qui ont réussit. Celui qui s’enrichit le mérite peut-être, mais son fils ? Si l’héritage était interdit, chacun commencerait dans la vie sur un pied d’égalité. Mais ça, ce serait vraiment trop révolutionnaire.

    • Quand je disais « voter pour votre cousin Georges » c’était sous-entendu que ce cousin était anonyme et surtout inconnu. s’il fait tous ces efforts pour devenir homme politique, et bien, il fera partie de cette classe très fermée des gens qui font de la politique.
      Et je suis bien d’accord avec toi !

  2. Je ne connaissais pas Etienne Chouard et j’ai regardé toute la vidéo. Il est assez difficile à suivre parce qu’il n’utilise jamais les termes de pouvoir législatif et exécutif et que ça aiderait pourtant à comprendre. Dans son système, c’est les personnes tirées au sort qui établissent l’ordre du jour. Or fixer l’ordre du jour, c’est exercer une bonne part de la réalité du pouvoir ! Pourtant lui insiste que c’est bien l’assemblée générale qui déciderait de tout. Il se contredit lui-même sur ce point.
    Et puis, je trouve très inquiétant sa manière de présenter continuellement les « politiques » comme des « parasites ». Surtout à la fin de la vidéo, où il explique que ces derniers ne cèderont pas facilement leur pouvoir et où il sous-entend qu’il faudra peut-être avoir recourt à la manière forte pour y parvenir. Or les fosses communes sont pleines de ces « parasites » dont il a fallu se débarrasser pour « le bien de l’humanité ». On a vu les cadavres, pas le bonheur promis, c’est à chaque fois l’abîme qui nous a englouti.
    OUi notre démocratie est incomplète, oui les pauvres n’accèdent pas à l’élection. Cela n’empêche pas que l’on souhaite une autre alternative que celle proposée par M. Chouard. Surtout qu’il se concentre sur l’égalité politique sans grand souci d’une égalité économique.

    • Je doute qu’en empêchant au riches d’arriver systématiquement au pouvoir, on créé plus d’inégalité économique que celle qui est présente dans notre pays à l’heure actuelle.

      Je pense que tu fais une confusion entre pouvoir et établir l’ordre du jour. Une chose importante à retenir — et qui n’est pas naturelle pour nous qui n’avons jamais vécu dans un système de ce genre — est que la personne tirée au sort ne se voit pas confier le pouvoir, mais seulement la paperasse : décider de quel sera le prochain sujet traité, traiter les sujets faciles (i.e. ceux dont elle est sûre de la décision que le peuple aurait eu).
      Donc à mon sens, ce n’est pas contradictoire, d’autant plus qu’il y a de fortes sanctions en cas d’écart.

      De plus, le fait que les politiques refusent cette possibilité est une évidence. Il propose de supprimer leur métier.
      Il ne faut pas non plus tellement extrapoler ; Etienne Chouard n’a jamais parlé de révolution. J’ai quand même tendance à être d’accord avec lui sur le point des parasites, surtout quand on voit les écarts du Président actuel, du Président précédent, du Président précédent, des ministres actuels, des ministres précédents, etc…

      Pour finir, je pense que le point le plus important n’est pas que les pauvres n’accèdent pas à l’élection, mais que le peuple ne décide jamais car le pouvoir est dans les mains d’une personne qui de par sa légitimité, est libre de faire tout ce qu’elle veut.

Les commentaires sont fermés.