Le CV anonyme ou la guerre des tranchées

Cher Monsieur ou Madame ………………………………………….. Veuillez prendre connaissance de notre intention de vous recevoir lors d’un entretien, ainsi que de notre volonté d’en fixer la date au plus tôt. Nous espérons donc que vous passerez chercher cette invitation au plus tôt, et que vous vous reconnaîtrez.

Cordialement,
Le service recrutement.

C’est super les débats. Surtout ce qui concernent des trucs officiels. Parce que c’est pas les politiques qui vont nous faire nous interroger sur le sens de la vie, sur l’art, le bonheur ou le niveau de conscience des animaux. Mais surtout pas le bonheur. Donc les résultats d’une étude (menée par des gens que l’ensemble des médias réduisent au terme d’expert) viennent de paraître, qui semblent compromettre très sérieusement les chances qu’avait ce pauvre CV de voir le jour. C’est les anti-avortement qui vont râler…

Alors, vu que je fais ça très bien, je vais résumer les faits. Et comme j’ai fait du théâtre dans mon jeune âge, il va y avoir de la vie, vous verrez.

Le Pour : « Cette étude est née de l’opportunisme politique et tente d’enterrer une mesure bénéfique à la population issue de l’immigration ! »

Le Contre : « Cette étude prouve que j’avais raison quand je disais que cette mesure était débile. »

On se croirait sur un manège, non ? On retombe sur le sujet de l’immigration. Encore. Alors que si ces messieurs s’étaient donné la peine de lire la synthèse dont les titres en couleurs vives suffisent à eux seuls à comprendre les conclusions atteintes, ils auraient peut-être trouvée chaussure à leur pied. Mais on dirait qu’ils évitent de trop ouvrir le sujet de peur de ne pas savoir sur quel pied danser. Il faut dire qu’avec une seule chaussure…

Pour ma part, je dirais qu’il y a un sujet beaucoup plus intéressant que l’immigration. Il y a les femmes ! Alors oui, je préfère les femmes aux immigrés, mais principalement parce que la moitié des immigrés ne sont pas des femmes. Dans cette optique, que dit l’étude ? Pas facile de décoder des informations si subtilement distillées, mais mon sens aigu de la langue française a eu raison de la syntaxe volontairement obscure et du vocabulaire ô complexe dont ces auteurs ont usé au seul fin d’embrouiller le lecteur aventureux. En gros — et c’est en français dans le texte — les recruteurs tendent à retenir les CV des gens qui sont comme eux. Les hommes choisissent surtout des hommes, les femmes surtout des femmes. Mais les hommes sont encore plus cons que leurs congénères doubleixiens.

Et dans ce cas, le CV anonyme inverse cette tendance (les hommes embaucheront plus de femmes que d’hommes, et vice versa) tout en réduisant l’écart. Après, les mecs qui ont écrit l’étude disent que c’est pas grave parce que de toute façon, que chacun embauche des gens du même sexe et les moutons seront bien gardés. Bon, ils doivent certainement s’y connaître mieux que moi, mais on n’était pas censé avoir une minorité de femmes accédant à des postes à responsabilité et donc notamment au poste de recruteur, aux dernières nouvelles ? Ceci n’est pas une question rhétorique.

Pour avancer dans le décorticage, on peut aussi remarquer que les recruteurs ne sont pas moins satisfait des gens qu’ils recrutent vu qu’autant de périodes d’essai sont transformées. Comme quoi le monde du travail n’a rien à envier au rugby.

Donc en fait, ce qui gêne, c’est que les personnes issues de l’immigration ne bénéficient plus d’une discrimination positive inconsciente des recruteurs (c’est tout nouveau, ça vient de sortir). Il semble que l’origine sociale des personnes pousse les DRH à être plus compréhensif concernant les éventuelles lacunes dans un CV.

Donc tout d’un coup, on devrait se dire : « Mais mon Dieu, on fait de la discrimination positive si on continue ! Il faut absolument passer au système des CV anonymes pour éviter ça ! » Sauf que non, personne ne se dit ça. Mais peut-être que c’est pas plus mal. parce que j’imagine cette scène :

Le Pour et le Contre se lèvent le matin. Ils sont chacun à la table de leur cuisine, un café dans une main et le journal dans l’autre. Ils lisent les conclusions dont nous avons parlé mais restent impassibles. Le Contre pense : « C’est bien, je savais que ça ne pouvait pas marcher. » Le Pour pense : « Finalement, ce n’aurait pas été une bonne solution. » Et tout deux entament leur journée avec la conviction que la question a été tranchée.

J’aime expliquer comme ça la stagnation du débat… Et donc, le système des quotas, c’est mal, hein, on est d’accord ? Mais faire en sorte que les gens de milieux défavorisés aient des facilités à l’emploi et lutter contre les inégalités sociales de cette manière ? C’est bien, non ? Et à vrai dire, je trouve même cela diablement positif ! Penser qu’en France, la plupart des recruteurs comprennent, ou en tout cas compatissent avec ce qu’ils imaginent être la situation des personnes immigrées, issues de l’immigration ou simplement provenant de quartiers sensibles et sont consciemment ou inconsciemment plus enclins à la tolérance. C’est une chose qui fait plaisir à entendre.

Publicités

A propos Pseudo Moi-Même

Jeune homme bien sous tous les rapports, Mesdemoiselles n'hésitez pas...
Cet article, publié dans Société, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.