La faute à toi

Cette photo, je l’ai trouvée dans l’Express. Avec tout un tas d’articles sur le « drame de Pornic ». Et au-delà du fait que ces gens manifestent principalement parce qu’ils n’ont pas fini le deuil de leur fille, et de celui que le gouvernement se sert avidement de ce fait divers comme d’une figure de proue dans son discours sur l’insécurité, ce qui me marque est la facilité avec laquelle on peut présenter des réalités sous le jour qui nous arrange.

Du coup, maintenant, les partisans des bons sentiments ont trouvé un nouveau bouc émissaire ! Super cool ! On va pouvoir faire un transfert, comme que disait Freud !

C’est quand même aberrant, rien que de vouloir trouver des coupables dans les services pénitentiaires ou judiciaire. Ces gens ont des responsabilités et du moment qu’ils  les prennent au sérieux et font de leur mieux, pourquoi devraient-ils être sanctionnés ? Je trouve que notre cher président se comporte à tout point de vue comme un patron de restaurant demandant à trois serveurs de s’occuper de 350 tables et exigeant des dommages et intérêts au premier qui laisse tomber un verre.

On est tous un peu comme ça, mais ça se soigne. Pourquoi sanctionner quelqu’un pour avoir fait son travail du mieux qu’il pouvait ? Que celui qui ne s’est jamais planté dans quoi que ce soit au boulot lance la première campagne ! Oui, mais les conséquences ont été d’une gravité incroyable ! Ouais, ben les humains restent humains… Que vous dire. Ce n’est pas parce qu’on vous menace très fort que vous allez devenir parfait. Tous les enfants battus vous le diront.

Le fait est qu’on met l’emphase sur le délit commis par un individu pour montrer du doigt d’autres responsables, histoire de ne pas perdre toute crédibilité. C’est vrai que ça fait tâche sur le CV d’un président de la République élu notamment sur son programme de lutte contre la délinquance et ayant durci  moult fois les lois sur ce genre de crime. Surprise ! Les lois n’empêchent pas de commettre des crimes ! La situation présente aurait été bien moins embarrassante si la droite ne cherchait pas si activement ses électeurs parmi les gens qui croient au Père Noël.

Si seulement il y avait eu trois — ou même deux — cas de récidive (et non, ceci n’est pas un cri de désespoir), on aurait pu se dire que quelque chose ne tournait pas rond. Mais un, seulement un. Et d’autre part, des centaines de détenus relâchés dans les mêmes conditions et qui ne tuent personne, si ce n’est la crédibilité  présidentielle.

Donc pourquoi ne pas voir qu’au fond, le système avec le peu de moyens qu’il se voit octroyés (dixit la CGT), fonctionne plutôt pas mal ! Je conseille donc d’appliquer aux nouveaux coupables le fameux proverbe (qui est, de fait, vrai) « Une fois n’est pas coutume ».

Publicités

A propos Pseudo Moi-Même

Jeune homme bien sous tous les rapports, Mesdemoiselles n'hésitez pas...
Cet article, publié dans Société, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La faute à toi

  1. Tartine dit :

    Je tiens seulement à dire qu’un enfant battu a déjà dépassé le stade de la menace (sinon il aurait pas été battu)

    • Le stade de la menace n’est pas dépassé, car la punition contient aussi la menace que la douleur soit également infligée la prochaine fois.

Les commentaires sont fermés.