Comme une lettre à la poste

J’avais quelques idées concernant ce premier article. Je les laisse momentanément de côté pour discuter d’un sujet qui m’a choisi plus qu’inversement : la communication.

Pour vous faire comprendre pourquoi j’aborde un sujet ringard et pourri, alors que j’avais plein de trucs plus intéressants à faire comme faire de la pub pour mes potes ou apprendre le tchèque, je dois décrire le contexte.

Je viens de passer une semaine sans Internet (et sans intérêt, donc). Pas par choix, mais parce que mon disque dur a décidé d’arrêter de tourner et a entrepris de faire du bruit, plutôt. Au travail, possibilité de connexion à Internet qu’il serait hypocrite de qualifier de secondaire, je n’y ai plus eu accès non-plus suite à un problème/défaut de communication, justement !

Donc voilà, je vais vous parler de cette aventure qui forme ma jeunesse (et me fait mal aux doigts parce qu’écrire des pavés sur un écran d’iPod, c’est pas facile).

Tout d’abord j’avais peur de l’ennui, mais plus tard, je me suis rendu compte qu’on vivait bien sans.
Jusque là, rien d’étonnant pour qui que ce soit.
En fait, ce qui est intéressant, c’est le méchanisme qui va faire qu’on se retrouve accroché à son ordinateur/téléphone.
Nous avons tous envie de communiquer et de voir que les gens qu’on apprécie pensent à nous. Avant MSN et Facebook, les gens passaient des heures au téléphone, puis avec les portables, on est passé à l’envoi intensif de textos.
On a beau parler d’asservissement à la technologie ou de déclin des capacités mentales, quand on a un moyen de communiquer, on le prend !

Ce qui m’a interpellé fut de me rendre compte d’à quel point ça ne me manquait pas. Pas que je sois associable, hein! seulement, pourquoi s’infliger 20 mails d’organisation pour un événement, alors que tout ce qui compte c’est de savoir où et quand ?
Internet, c’est un peu comme Dieu. D’ailleurs, si Dieu voulait venir sur Terre, il choisirait ce déguisement. Internet est partout, sait tout même s’il n’en répète qu’une partie et on peut discuter du fait qu’internet puisse tout faire. Au minimum, Il laisse les gens libres de ce qu’ils disent et pensent. Et après ? Ben c’est tout. Débrouille-toi avec ce flux constant d’informations et oublie pas d’aller faire les courses !

Mais bon, c’est quand même beau cette liberté, c’est quand même beau. N’empêche qu’en France, le téléphone a eu du mal à s’implanter au départ parce que c’était « la bonne qui répond quand on la sonne ». Et maintenant, tout le monde se promenne avec sa sonnette sur lui !

Franchement, après une bonne semaine de pauvre communication, j’en suis arrivé à cette conclusion : l’ennui, c’est la vie !
L’ennui permet de se rendre compte qu' »après tout, c’est moi le/la chef ! » et que la vie n’est pas une suite de disponibilités à remplir, mais qu’au final, on fait ce qu’on veut.
Je ne dis pas qu’il faut s’ennuyer tout le temps parce que bon, quand même, l’ennui c’est chiant. Demandez au Joueur d’échec ou à Old Boy…
Mais les adeptes du masochisme vous le diront, rien de mieux qu’un peu d’ennui pour apprécier pleinement l’activité qui le suit.

Sur ce, je retourne à mon inactivité totale. Ou bien… J’ai un iPod qui marche… Je vais peut-être faire un tour sur Facebook. Juste un petit tour.

Publicités

A propos Pseudo Moi-Même

Jeune homme bien sous tous les rapports, Mesdemoiselles n'hésitez pas...
Cet article, publié dans Questionnements, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Comme une lettre à la poste

  1. raph85 dit :

    Pas mal comme premier article!

  2. Pseudo Chafouin dit :

    Il y a des fois où je m’aperçois que malgré tout les moyens de communication à ma disposition, Je me sens désespérément seul. « On ne peux pas ne pas communiquer » disait je ne sais plus qui, toujours est-il que la meilleur communication pour moi est quand on se retrouve ensemble et qu’on se parle de vive voix les yeux dans les yeux. Le reste c’est presque du faux semblant.

    • Je suis d’accord avec toi. Une discussion, aussi personnelle soit-elle, n’est jamais aussi facile que lorsqu’on est en contact direct les uns avec les autres.
      Je pense que c’est la tonne d’indices que nous recevons en voyant les réactions de nos interlocuteurs qui fait que nous sommes capables d’avoir un discours plus agréable pour tous.

      • Pseudo Dieu dit :

        C’est Pseudo Dieu qui parle. Bien plus fort que Pseudo Lui-Meme.

        Je pense au contraire, pour la plupart des gens, qu’il est beaucoup plus facile d’etre honnete et ouvert, protege derriere son ecran. Par contre, on percoit beaucoup moins bien le langage corporel de son interlocuteur.

      • Tu as aussi raison. Mais s’il est plus facile d’être honnête derrière un écran, il est aussi plus facile d’ignorer la sensibilité de son interlocuteur, comme tu le dis Toi-même.
        Je pense donc que les discussions chaleureuses le sont beaucoup moins et qu’il est plus facile de blesser l’autre par ses propos.

  3. Guillaume dit :

    Tu devrais remplacer mouzat!

  4. PseudoVieille dit :

    De la génération qui n’est pas née avec un Ip/o/a/d greffé dans la main … Vis très bien en oubliant d’allumer mon portable le matin (bah oui, la nuit je dors, le chat aussi, donc pas besoin du tél) ou en l’emportant pour la journée dans ma poche mais coupé. Je confirme qu’on vit très bien ! Idem pour internet et la messagerie : quel soulagement de ne pas savoir toutes les horreurs qui se trament dans les « milieux autorisés » ! Sauf que quand on relance la machine une semaine plus tard, ya une grosse centaine de mails à se fader … Shit ! « C’était mieux avant », lol.
    Longue vie au Général (moi qui suis anti-militariste, pfffffffffff)

  5. Merci pour vos commentaires !

    Pour ma part, je suis plus du genre à essayer d’être constamment disponible et donc, connecté à au moins un moyen de communication. Mais c’est comme tout, c’est une habitude à prendre et on peut aussi bien s’en défaire.

    @ PseudoVieille : De quoi parles-tu quand tu dis : « les horreurs […] dans les milieux autorisés » ?

Les commentaires sont fermés.